Le cuir sur mesure


C’est une véritable symbiose qui me lie au cuir, il stimule ma créativité et je rappellerai sans cesse quelle matière noble il est au niveau artisanal, pour lequel il a inspiré ma vocation.

Le cuir sur mesure

Lors de la création de mon atelier, je concevais essentiellement du vêtement, de la maroquinerie et de l’accessoire, je connaissais la qualité de mon travail, mais ne soupçonnais pas le niveau qu’il atteindrait, ni même la direction qu’il prendrait. En effet, ces quinze dernières années furent la meilleure des formations, parfois guidée par la matière, enrichissant mes connaissances pour répondre à des secteurs tombés en désuétude comme la restauration des cuirs de Cordoue, parfois entraînée par mon savoir-faire, détournant le cuir de son utilisation première pour élaborer une nouvelle technique graphique. La maturité de mon travail lui a ouvert des horizons et c’est à présent le secteur « ameublement/décoration » que je mets en avant, sans négliger les autres.

J’aime énormément le tressage mexicain qui me donne une liberté de travail à main levée et offre une véritable unité à la pièce, mais il n’est pas obligatoire, je travaille sur mesure, selon le désir de mes clients je crée et j’interprète ou je reproduis fidèlement. Je maîtrise un éventail de techniques qui liées à ma connaissance du cuir m’offre une capacité d’adaptation qui me permet de travailler en partenariat avec d’autres corps de métier si nécessaire.

Le cuir est vivant, c’est une matière qui doit être travaillée, j’entends par cuir, des peaux à fleur naturelle, dont les terminaisons nerveuses du derme sont reliées aux fibres de la chair. Au fur et à mesure de l’avancée du travail, il faut le sortir progressivement de la léthargie dans laquelle il s’est plongé pour se protéger du traumatisme du tannage. Il se décline en une multitude de textures allant de cuirs lourds et nerveux, à des cuirs d’un raffinement extrême qui s’offrent au premier toucher, chaque peau a des propriétés de vie propre qu’il faut savoir lire pour appréhender le réveil des fibres et le rendu de la patine. Le cuir nous vêt et nous protège depuis l’aube de l’humanité, aujourd’hui, il est mis en perdition par des finitions synthétiques qui isolent et figent sa chair pour l’industrie, il est important de le sauvegarder.